Vernissage virtuel spontané Isa B.

12 septembre 2018

Le catalogue Expo-Vente Rentrée 2018 (cliquez sur la photo, 1er album à gauche)

Suite du catalogue avec les formats moyens de 50 à 70 cm (de 30 à 70 euros),

sur cadre ou à encadrer.

Merci de cliquer sur le lien : peinture_tarifs_formats_50_X_70_cm

 

UN EXEMPLE :

soleil de nuit

Soleil de nuit, gouaches,

vernis sur papier journal, non encadré

50 X 70 CM

couleurs : rouge orangé, jaune primaire, bleu de prusse délavé, noir.

 

Visites possibles à l'atelier (Dijon) sur RDV pour confirmer votre coup de coeur

me contacter : isa.b.abstract.design@gmail.com

 

Toiles disponibles à la vente, envoi postal possible, visite sur Dijon et achat sur place également.

Œuvres originales certifiées par l'auteur, avec remise d'une facture

et ouvrant droit à déduction fiscale pour les entreprises

Paiement en trois fois possible mais oeuvre délivrée au terme des versements

Merci de votre intérêt pour mes créations :)

 

Posté par Isa B abstract à 19:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]


La suite du triptyque

Merci pour vos commentaires en privé sur mon dernier poste :) Christophe me suggère notamment de mettre plus d'images pour mieux décider. Ce que je vais faire ci-dessous.

Je crois que ce qui me donne envie de couper, c'est un dessin noir et blanc et de la couleur sur la partie 2. Je n'ai jamais fait ça comme ça. Mais ça peut être sympa de rester dans ce contraste singulier. Et suggérer un encadrement japonais (avec juste deux tasseaux horizontaux collés agrafés en haut et en bas de l'oeuvre et un joli lien-ruban en satin noir pour l'accrocher), ce qui est à la fois plus léger physiquement mais aussi sur l plan de la déco avec un côté épuré à la Japonaise.

Et puis, mes dernières expo m'amènent aussi à bosser davantage les petits formats car sur ce type de manifestations, les ventes se portent plus sur les petits formats, ce que je peux tout à fait comprendre. Tout le monde n'a pas 300 euros à mettre dans un 150X 150cm. Et puis les espaces plus petits ont droit aussi d'avoir leur toile.

Voici donc plus d'images sur ce travail.

Continuez de donner votre envie si le coeur vous en dit, cliquez sur "commentaire" en bas de cet article ou sur en haut à droite "contactez l'auteure" :) Ca me fera grand plaisir !

 

bande totale 2 et 3 com

 

BAS TRIPTYQUE

Partie 1 - Inspiration noir et blanc , encre de Chine, référence au style de Gao Xingjiang

Le château au centre en haut et les deux montagnes adjacentes dans la neige du Crépuscule...

 

 

11 septembre 2018

Triptyque assez atypique, l'oeuvre en cours ...

Longue bande de papier peint recyclé de 53 cm sur 400 cm

Acrylique et pastels secs

Photographie à la lumière nocture

TRIPTYQUE

Etrange association de trois scènes

une noire et blanc à la Gao Xingjian

Une couleurs froides

Une troisième, ombre des bambous à la nuit et au vent, sans doute un peu verte ?

Faut-il les découper et en faire trois petits tableaux juxtaposés ? séparés ? ne rien couper et accepter l'étrange assemblage ?

IMG_20180807_021508

Qu'en pensez-vous ?

Posté par Isa B abstract à 16:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2018

La rentrée de mon atelier :)

Merci à tous ceux qui suivent ce blog et mon travail créatif, et à ceux qui le font connaître.

Bientôt retour dans mes salles de classe, mon autre "métier"... Mais en restant dans le projet, bien posé cet été, de développer davantage ma communication sur mes oeuvres et mes articles. Comme le précise Chayan Coy dans une interview, quatre étapes sont nécessaires pour vivre et faire vivre son rêve de création et s'arrêter à créer dans son atelier après les recherches nécessaires ne suffit pas. On est là à la moitié du chemin, il faut aussi faire sortir les toiles de l'atelier, les faire connaître, apprendre à en parler et contacter des mécènes, des acheteurs, des porteurs de projets potentiels. 3 mails pour 1000 sont porteurs d'après lui, et c'est ce qu'il et son équipe envoient chaque jour/semaine pour assurer le flux dans son oeuvre.

 

Où voir mes tableaux en vrai ?

 

Dès le 2 septembre, les Marchés de la Création à Dijon m'accueilleront parmi une vingtaine d'artistes, dans le cadre enchanteur des jardins Darcy, de 9h à 13h, au centre ville. Suivez-nous sur la page https://www.facebook.com/marchedelacreationdijon.

J'y présenterai les toiles à vendre et les travaux en cours : telles que Guérison du féminin ci-dessous, version N/B, abouti à 50%. 

 

Ma nouvelle expo sur Dijon lors de l'inauguration du Rézo Fet'ârt, quai Nicolas Rollin, une fois les travaux de mise aux normes terminés : une très belle villa début XX°S dédiée à la culture, la création et aux activités alternatives, éco-solidaires. De grands murs, une montée d'escalier très empire avec son miroir gigantesque, tout un bain de vibrations généreuses pour mes toiles des séries en cours : Vitraux, Corps, Marines, et Pays des rêves. 

En 2019, une expo dans les médiathèques des Coteaux de la Haute-Seille dans le Jura, je vous parlerai davantage prochainement.

Et bien sûr des ateliers d'initiation à l'art abstrait via OVS Dijon par exemple, notamment.

Si vous avez un lieu d'exposition à me faire connaître, n'hésitez pas à me contacter via le formulaire "Contacter l'auteur " en haut de la page à droite ou encore cliquer sur l'icône Instagram juste au dessus.

encart

Si vous aimez mon travail, n'hésitez pas à commenter mes articles ci-dessous, à laisser votre évaluation via les étoiles d'appréciation,c'est autant de formes d'encouragement pour le travail de l'artiste :)

Posté par Isa B abstract à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2018

Rencontrons-nous dimanche au square Darcy :) Expos -Vente Marché de la Création Dijon

Depuis de nombreuses année, les dimanche matin

du Square Darcy sont animés au printemps, en

été et en automne par

l'association Le Marché de la Création

(expo-vente de 9h à 13h) 

C'est l'occasion de prendre l'air et

de flâner aux milieux des oeuvres originales

d'une vingtaines d'artistes, peintres et sculpteurs, de qualité.

D'échanger avec eux, de découvrir leurs travaux en cours. N'hésitez-pas !

 

J'y exposerai pour la 1ère fois, rencontrons-nous là-bas :)

 


26 août 2018

Les grandes galeries et musées reconnus où je veux exposer - Bilbao - Musée Guggenheim

Oui, ça fait prétentieux, mais lisez la suite...

bleu - smithsonian mag

Source 2) photo Guggenheim.com - l'ampleur de la salle

SOURCE ARTESPACE pigment bleu Klein dans Table Klein

Lieu entre tous d’une révélation, le besoin absolu d’art dans ma vie : l’exposition Klein à Bilbao , durant l’été 2004 ? La lumière pure et douce, les alcoves destinées à la respiration, à l’esquisse et au journal intime. Et cette étendue bleu klein comme une mère de pardon intérieur, d’amour sans condition, de respiration compassionnelle pour toutes les souffrances, les erreurs et les errances d’une vie. Comme si l’existence déroulait le tapis bleu de l’infini sous mes pieds, sous nos pieds à tous, à nous visiteurs, pour Recommencer dans le Tout est merveilleusement possible.

Au café du musée, j’ai terminé peu après la lecture de Inhibition, Syndrome et Angoisse de Freud (1925), fameux acronyme qui donne ISA … Une révélation jusqu’aux dernières pages ; tout un livre pour comprendre, se comprendre, comprendre autrui et (s’)accueillir.

Voilà, en humble croyante au pèlerinage de l’Art, je voudrais à mon tour exposer dans ce lieu pour montrer jusqu’où ce jour-là, et cette exposition Bleu Klein, ce bâtiment science-fictionnesque et magique à la fois m’ont emporté… Quels paysages abstraits je n’aurais jamais dessinés et explorés en les peignant si je n’avais pas enfin céder aux appels de ma voix/voie d’artiste. Ce tapis de pigment bleu Klein au sol, à perte de grande salle blanche, immaculé, aux murs un peu granuleux comme le canevas vierge d’une toile- grande comme un terrain de basket et ses tribunes dans mon souvenir – aspirait toute négativité comme un trou noir bienveillant au sourire de bonze ; il redéployait l’univers comme le cœur d’un multivers où chacun (re)venait s'ancrer l’âme pour en repartir guéri,

entier

à nouveau.

18 août 2018

Achetez de l'art sur internet : ça se fait !

NB ; je n'ai aucune part dans aucun site évoqué ici , même si j'y songe bien sûr. Mon choix et mon article restent donc les plus neutres possibles.

Achetez vos posters chez Ikea ? Vraiment ?

Le marché de l’Art ne cesse de s’accroître, on l’évaluerait à des dizaines de milliards, en progression chaque année. Les nouveaux riches d’un côté , le désir chez les amateurs esthètes - de toute classe sociale et de tout portefeuille - de s’entourer de belles images / choses sans passer par l’intimidante porte des galeries d’art de l’autre, font de ce marché l’un des plus porteur du début du siècle.

Car internet et art vont de paire grâce aux sites d’artistes et autres sites de vente en ligne : Kazoart, Art Majeur chez les Français, notamment ou encore Artsper. Saatchi, Artfinder pour les plus grosses places internationales avec plus de 50 000 artistes référencés et exposés. Certains sites sont en « place libre », chaque artiste quelque soit sa qualité, expose ses œuvres en achetant un abonnement ou en reversant un (faible) pourcentage de ses gains au site. D’autres, comme Kazoart, sont sélectives, n’y figurent que les œuvres et artistes retenus par la rédaction du site. A chaque créateur de déposer un dossier de candidature. Certaines places sont spécialisées telles Artsper qui se destine à l’Art Contemporain.

Le port, les garanties retour "non satisfait par ce choix", tout est prévu par les sites en question, épluchez les conditions générales de vente plutôt claires en général. Et si l'artiste habite finalement pas si loin de chez vous, rien ne vous empêche d'aller visiter son atelier et conforter votre choix : il est très facile de prendre contact avec lui, directement via sa page.

 

k

Au-delà de l’œuvre « placement fiscal », il y a aussi le souhait de s’entourer de vibrations qui nous ressemblent et nous désarçonnent en même temps ; tant les tableaux et les sculptures de nos espaces privés nous regardent, nous protègent, nous reflètent sainement et sereinement. Pas si facile pour beaucoup de jeter tel ou tel cadre, tel bibelot parce que justement, il fait un peu partie de notre intérieur/intériorité.

 

Vais-je y laisser ma chemise ?

Pas plus que dans les grandes surfaces de la déco … Pour 100 euros chez Ikea, vous aurez droit à l’éternel poster grand format des rues de NY ou bien la cabine rouge de téléphone londonienne, tirer à des millions d’exemplaires.

Pour moins de 100 euros , on achètedes œuvres originales maîtrisées, par exemple sur kazoart.com  avec des formats sympa : entre 60 et 90 cm. Impossible bien sûr de vous montrer des exemples de tableaux, les œuvres sont protégées numériquement contre le copier-coller. Et c’est tant mieux:) Ma sélection se serait portée sur l’Odalisque de Michel Castanier, Ou encore Théodora Gadancheva et son Danse. Vendues bien sûr…

Pour les plus petits budgets, Artmajeur propose par exemple des reproductions numérotées, format identique, de vos oeuvres préférées si vous ne souhaitez pas y mettre trop cher. Voire achat des fichiers numériques de l'oeuvre, si vous souhaitez tapisser votre maison virtuelle sur Secondelife, mais ça n'est qu'un exemple :)

C’est quand même plus sexy qu’une millionième cabine téléphonique, non ?

 

 

16 août 2018

Appauvrissement des couleurs du quotidien des classes moyennes

Il fut un temps où les magasins de tissus regorgeaient des nuances les plus fines, fabriquées en Europe et non à l'autre bout de tanker-conteneurs polluant plus loin. Il fut un temps, il y a 30, 35 ans ? La petite fille émerveillée que j'étais suivait sa mère dans ses achats de coutures. Les plus belles étoffes venues de Paris - pays de la Mode, la France ? Encore au XXI ème siècle ? - s'étallaient en tableaux de rouleaux, des mousselines légères mais non transparentes, des cotons doux et épais, des couleurs, des motifs et des imprimés en valses de raffinement ; tout y disait le sens de l'élégance à la Française, sans cocorico stupide mais avec grâce et tact. (1)

Economie d'échelles oblige et singularité chinoise, notre quotidien d'Européens s'appauvrit de jour en jour en couleurs. Les chaînes de magasins n'offrent que 5 à 6 coloris, répétés sur des saisons et des saisons tel Decathlon par exemple : noir, gris, fushia, vert bleu, bleu marin-roy, rouge parfois. La même nuance imposée sur des leggings de femme, des tee-shirt d'hommes, des sacs à dos, des sandales, des jogging. Cela permet un ton sur ton effectivement mais est-ce bien sain pour notre santé mentale ?

Ou bien, comme Atol, ces grandes marques ont-elles dû faire un choix : laisser la production en Asie ou rentrer en Europe ? Le fabriquant de lunettes, ne pouvant obtenir des nuances de rouge variées -autre que le rouge Mao - entre autre, s'est résolu à revenir au Pays. Combien de designers ont-ils déchanté en voyant la qualité de leur "belle" collection sur le papier, devenue ,une fois produite, lissée, uniformisée, désincarnée car quand on produit des milliards de tonnes de couleurs et de tissus, pourquoi faudrait-il soigner davantage telle ou tel ? L'individu seul n'existe pas dans la Pensée Chinoise millénaire, pourquoi faudrait-il produire une collection distincte des autres ? Si ça se fait bien inconsciemment, j'en suis sûre, ou bien monétairement par optimisation des produits colorants et des pollutions, le résultat est celui que nous voyons chaque jour dans nos vitrines et nos plages : les motifs et les teintes qui dénotent, qui choquent criardes et presque agressives - mais que peu produire d'autre le monde de l'hypersconsumérisme ? - Celles qui vibrent un peu différemment sont soient très luxueuses soient le résultat d'un travail personnel, ces nuances viennent d'ailleurs : Maghreb, Indes de l'artisanat traditionnel, Asie Millénaire hors du circuit infernal, voire Amérique Latine.

L'Europe découvre au 21ème siècle et depuis la fin du XXème son vrai visage : sa richesse est limitée en sols sains à exploiter, elle a trop compté sur la vampirisation d'autres terres enfin libérées et elle doit se reconstruire par elle-même. On a pas de pétrole et on a tant d'idées ! Reste que les idées ne parviennent pas forcément à s'incarner, se réaliser à cause du clan fermé des élites qui créent sans renouvellement et des banquiers qui ont peur d'être audacieux. Reste que les plateformes de crowfunding, la slow attitude et les plateformes de création coopératives et autres fablabs changent la donne en douce... Trop lentement peut-être mais à chacun d'apporter ses forces :)

Proust, fasciné dans sa _Libertine disparue_ par les étoffes vénitiennes d'antan, ne pourraient plus écrire ses belles pages aujourd'hui.

Les solutions commerciales pour façonner un tee-shirt (papier transfert pour tee-shirt par exemple, 10 euros les 5 à 10 feuilles au supermarché) restent limitées au format A4 et si le rendu est souvent beau et résistant, l'épaisseur du support obtenu limite les utilisations, il n'a rien de doux ni de souple qui plus est. Sinon, il faut des sommes importantes pour envisager la production d'un rouleau tout entier de votre motif personnel : 825 euros (+ port) le rouleau de 30m pour cette propoposition datée d'il y a un an (j'attends un mail rafraîchissant ses données)

"

Bonjour Madame,

Nous sommes imprimeur numérique sur coton, ou lin 100%, ou mélange coton lin en encre réactif aqueuse, de la soie en encres acide ou des supports polyester par sublimation. Nous imprimons sur nos supports d’une largeur de 150 cm et notre minimum de commande est de 30 mètres linéaire pour le coton, le lin 100% ou le coton lin. De 20 mètres sur la soie et de 10 mètres pour le polyester par contre il est possible d’imprimer plusieurs visuels différents sur ces quantités.  Pour le coton ou le polyester notre tarif est compris entre 25€ ht/ml et 37.50€ ht/ml , auquel il faut rajouter lors du premier lancement 75€/ht de frais techniques par visuel différent.

Nos délais sont d'environ 3 semaines suivant les quantités.

Nous sommes en mesure de lire du tiff, psd ou ai en 300 dpi à l'échelle 1.

Nous ne faisons pas de produits finis.

 

Cordialement," Dixit l'entreprise Grain de Couleur

 

(1) Peut-être tout ce "luxe" avait pour prix l'appauvrissement passé de nos colonies ? Visiter COULEUR GARANCE, les merveilles du chateau de Lauris, conservatoire des plantes tinctoriales, en Provence. http://couleur-garance.com/

 Je rêve d'un monde où la singularité (l'unique de chacun) se ferait en foison de tissus et couleurs, où rien ne serait uniformisé dans nos vêtures et nos arts de la table et de l'hospitalité. Tout serait un musée vivant et chatouillant ou danseraient les fées de la créativité :)

Je rêve de mes robes en tissu bleu ou gris  comme ci-dessous :

PARAVENT CHINOIS

Sur des mètres de tissus...

 

fond marines

Et vous ?

 

Posté par Isa B abstract à 11:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 août 2018

Inspiration : au sortir sur la terrasse un soir d'orage

crepuscule

Qu'est-ce que vous y voyez ? Regardez-bien ...

***

Qu'est-ce que j'y vois :

crepuscule

Harmonies de formes géométriques un rien malmenées, équilibre des proportions, air qui étire ingénuement le luminaire de ville, les nuages en aquarelle et les branches d'arbre du cèdre. Tout ça est comme une danse surprenante sortie de nulle part, du paysage plat habituel ; soudain tout s'anime et vous ravit.

Et vous ? Envoyez-moi vos découpages et vos impressions :) Copier coller la photo neutre du dessus et annoter -la à la main ou au logiciel de retouche d'image et envoyez-la moi (cf instagram à droite ou bien contactez-l'auteur au-dessus à droite)

A suivre... pour la mise en tableau

 

 

 

Inspiration : cueillir le moment présent :) ou l'art rend heureux

Parfois, le monde et vos yeux vous tendent 30 secondes de pause, de ralenti délicieux pétri de profondes grâces et d'une absolue certitude : ce paysage, ce geste, cette posture, cet assemblage d'objet, là, à l'instant, méritent qu'on s'y fige et s'y attarde. Qu'on y raffine son art et sa vue, car l'harmonye cachée y règne et le peintre, le décrire, l'artiser sera cause d'une grande félicité. Le mot n'est pas vain ni exagérée. Je connais peu de chose aussi bon que la joie artistique, du faire-art qui nous façonnent et nous envolent alors même que nous croyons créer un objet, une oeuvre d'art. C'est nous -même que nous façonnons grâce à cette joie.

D'aucuns voient l'artiste malheureux, Avicii , malheureux dernièrement décédé de sa propre main, tendrait à illustrer encore qu'il n'y a pas d'artiste heureux ... Mais si, justement ! L'artiste est heureux mais l'humain qui l'héberge a ses démons et ceux-là ne sont pas différents des névrosés "normaux". Nous avons tous à tordre le coup aux croyances familiales et aux gouffres de notre inconscient pour mieux se laisser emporter par la joie artistique. A chacun de trouver un bon psychanalyste, thérapeute, hypnotiseur eriksonien, mais grâce, qu'on cesse de dire que l'art rend malheureux alors que c'est la chose la plus divine du monde !